Les égarements d’un ministre sur les Indiens isolés

Femme nahua, Pérou.
Femme nahua, Pérou.
© Shinai

Des commentaires du ministre péruvien de l'Environnement qui font preuve d'une méconnaissance de la situation de détresse dans laquelle se trouvent les Indiens isolés d’Amazonie ont suscité l’indignation.

Selon le site internet de la radio RPP, le ministre Antonio Brack a déclaré que les compagnies ne sont pas autorisées à pénétrer dans les réserves des Indiens isolés. Ce qui est faux : la compagnie brésilienne Petrobras a signé un contrat pour exploiter la réserve Murunahua, et un consortium dirigé par Pluspetrol opère dans la réserve de Kugapakori-Nahua – le projet controversé de Camisea.

"L'Etat a créé des réserves équivalant à près de cinq millions d'hectares dans les régions où la présence d'Indiens isolés a été établie et dans lesquelles les compagnies ne peuvent pas entrer" a affirmé à tort le ministre, la superficie de ces réserves s’élevant en réalité à moins de trois millions d’hectares.

Les commentaires du ministre faisaient suite à l’information selon laquelle la compagnie franco-britannique Perenco se prépare à envoyer plus de mille ouvriers dans une région habitée par les Indiens isolés, située au nord de l’Amazonie péruvienne. Le ministre qui avait mis en doute que des Indiens isolés vivaient dans cette région ignore apparemment que le département des affaires indigènes, INDEPA, a confirmé leur présence.

Le ministre de l'environnement paraît également méconnaître la loi péruvienne qui autorise de manière explicite la prospection pétrolière dans les réserves des Indiens isolés.