"Etat d'urgence" décrété face à une compagnie brésilienne

Flèches disposées en croix par les Indiens isolés dans la zone d\exploitation de Perenco
Flèches disposées en croix par les Indiens isolés dans la zone d\exploitation de Perenco
© Marek Wolodzko/AIDESEP

Plus de cent communautés indigènes du nord du Pérou se sont déclarées en "état d'urgence" permanent après qu'une compagnie brésilienne a annoncé son intention d'entrer sur leurs territoires.

Les représentants des communautés se déclarent prêts à empêcher Petrobras, la compagnie pétrolière d'Etat du Brésil, d'entrer sur leurs terres. Petrobras espère pouvoir rencontrer certains d'entre eux demain, le 25 mars.

"Nous avons eu de mauvaises expériences avec les compagnies pétrolières et leurs réunions. Ces réunions ne sont pas des consultations, mais des conditions formelles qu'elles doivent remplir pour faire approuver leurs projets. Quand nous y avons participé dans le passé, elles ont agi comme si nous avions accepté leurs propositions, mais nous n'avions fait qu'écouter. Nous ne sommes plus naïfs et n'allons pas être trompés de nouveau", a déclaré le leader d'une des organisations indigènes locales.

La région où Petrobras compte mener ses activités inclut une partie de la forêt habitée par des Indiens isolés. Petrobras n'a annoncé que la semaine dernière l'accord conclu avec la compagnie pétrolière d'Etat colombienne, Ecopetrol, pour collaborer au projet.

Voir la vidéo sur les Indiens isolés (en anglais)