Les Mirrar obtiennent un droit de veto sur la mine

Les Aborigènes Mirrar du Territoire Nord de l'Australie s'opposent depuis des années à la construction d'une mine d'uranium sur leur terre. Dès la découverte, en 1971, d'un gisement considérable sur le site nommé Jabiluka, à la frontière du célèbre parc national Kakadu, les Mirrar ont engagé un combat sans trêve. Inlassablement, ils ont mené campagne à travers le monde et ont protesté jusque sur le site même de la mine.

Survival a fait pression sur le gouvernement australien et les Nations Unies, et a également apporté un soutien financier aux Mirrar. De nombreuses autres organisations les ont soutenus dans leur lutte.

C'est une victoire historique pour les Mirrar et leurs sympathisants du monde entier. Le président de Rio Tinto, Sir Robert Wilson, dont la compagnie détient aujourd'hui le gisement, a en effet déclaré qu'ils n'exploiteraient pas la mine sans le consentement des Aborigènes. ‘Nous n'exploiterons pas le gisement sans votre accord, point final.' La doyenne, propriétaire traditionnelle des terres, Yvonne Margarula, a elle répondu: ‘Je ne donnerai pas mon accord pour la… mine, quelque soit l'argument avancé, financier ou autre. L'exploitation minière ruine ma terre… Mes intentions resteront fermes.'


Pour plus d'information, contacter :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 ou [email protected]