Une compagnie minière condamnée pour avoir profané un site aborigène sacré

Le site, connu sous le nom de Deux femmes assises, a été détruit par une compagnie minière.

Le site, connu sous le nom de Deux femmes assises, a été détruit par une compagnie minière.

© Aboriginal Areas Protection Authority

Une compagnie minière australienne a été condamnée à une amende pour avoir profané un site aborigène sacré.

Cette condamnation est considérée comme le premier succès dans une action engagée par une autorité gouvernementale contre une compagnie minière pour avoir détruit un site sacré, même si ces actes ont eu lieu à plusieurs reprises dans le passé.

La compagnie, OM Manganese, exploite le gisement de manganèse de Bootu Creek dans le Territoire du Nord depuis 2005.

Mais l’an dernier, l’utilisation d’explosifs pour ouvrir de nouveaux filons a causé l’effondrement d’une partie d’une ancienne formation rocheuse, connue sous le nom de ‘Deux femmes assises’.

Ce site est sacré pour le clan Kunapa, qui est son propriétaire traditionnel et son dépositaire.

Ben Scambary, chef de l’Autorité de protection des sites aborigènes, a déclaré : ‘Ce site se rapporte à… une histoire du Temps du rêve, celle d’un rat marsupial et d’un bandicoot qui se battent pour une proie. La roche a pris la couleur rouge foncée de leur sang déversé dans le combat.

Gina Smith, porte-parole de la communauté de Kunapa a déploré : ‘Ce site restera toujours un lieu sacré pour nous, mais il a été profané et nous ne savons pas quoi faire’.

Ce site fait partie d’un chant sacré kunapa, un chemin invisible reliant les événements du Temps du rêve aborigène.

Le magistrat, Sue Oliver, a jugé que la compagnie OM Manganèse avait privilégié ‘ses affaires et le profit’ aux dépens de son devoir de protection du site sacré.