Cinq Indiens awá assassinés en onze jours

Cinq membres de la tribu awá ont été sauvagement assassinés dans le sud-ouest de la Colombie.

Ces assassinats, qui ont eu lieu entre le 13 et le 23 septembre, sont les derniers d’une série de massacres perpétrés contre les Awá cette année.

Les victimes – une femme et quatre hommes – sont :

  • Luis Guanga, 45 ans, assassiné à l’arme blanche le 13 septembre à 9h du soir.
  • José Raúl Guanga, 18 ans. Des hommes portant des vêtements civils ont tiré sur lui à sept reprises le 15 septembre. Il est mort avant l’arrivée de l’ambulance qui devait le transporter à l’hôpital.
  • Carlos Guillermo Pascal Nastacuás, 21 ans a été assassiné à l’arme blanche le 16 septembre à minuit.
  • Segundo Guanga a été abattu le 19 septembre.
  • Mercedes Guanga a été abattue par dix hommes vêtus de tenues de camouflage militaires.

Plus d’une vingtaine d’Awá ont été tués cette année entre février et mai et douze autres le 26 août. Les Awá, dont le territoire est devenu le théâtre de la longue guerre civile qui sévit en Colombie, sont pris en étau dans les combats que mènent la guérilla, les paramilitaires et l’armée colombienne.

Selon les rapports qui nous sont parvenus, la responsabilité de ces derniers assassinats n’est pas encore déterminée. La guérilla, les paramilitaires et l’armée en ont tous trois été accusés.

L’organisation nationale des Indiens de Colombie, ONIC, a exhorté le gouvernement à mettre un terme à l’‘extermination’ des Awá et appelle les organisations du monde entier à soutenir les Awá et à condamner la flambée de violence dont ils sont victimes.

Les Awá de Colombie ne sont pas apparentés à leurs homonymes brésiliens qui vivent à plus de 2 000 km.