Un tribunal de Bornéo se porte en faveur des droits indigènes dans une affaire d’huile de palme

Plantation de palmiers à huile dans une zone récemment déboisée, Sarawak.
Plantation de palmiers à huile dans une zone récemment déboisée, Sarawak.
© M Ross/ Survival

Les peuples indigènes de la partie malaisienne de l’île de Bornéo ont remporté une seconde victoire majeure cette année dans leur lutte contre les plantations de palmiers à huile qui dévastent leur territoire.

Une communauté kayan a gagné fin mars un procès qui a duré 12 ans, la haute Cour du Sarawak ayant reconnu leurs droits territoriaux. La Cour a également résilié les baux que le gouvernement du Sarawak avait cédé à la compagnie malaisienne d’huile de palme IOI, jugeant qu’ils étaient illégaux.

L’Institut des ressources de Bornéo (BRIMAS) a exhorté le gouvernement d’Etat du Sarawak à ne pas faire appel de la décision de la Cour. ‘Les peuples indigènes sont de pauvres gens et les territoires contestés représentent leur unique source de nourriture et de revenus’, a déclaré l’organisation dans un rapport publié la semaine dernière.

En janvier dernier, la haute Cour avait statué en faveur de deux peuples, les Iban et les Malay, qui avaient intenté un procès contre le gouvernement du Sarawak et contre une compagnie d’huile de palme qui voulait exploiter une plantation sur leur territoire. Le juge avait conclu que le gouvernement avait affirmé à tort que le territoire de ces communautés appartenait à l’Etat.

La plus grande partie de la forêt du Sarawak ayant été détruite par l’exploitation forestière, les compagnies d’huile de palme s’installent désormais là où l’exploitation forestière n’est plus rentable. Les chasseurs-cueilleurs penan ont bloqué les routes à plusieurs reprises pour empêcher les compagnies forestières de continuer à détruire les forêts dont ils dépendent. Plus d’une centaine de revendications territoriales indigènes ont été déposées auprès des tribunaux du Sarawak, dont certaines n’aboutiront que dans très longtemps.

Dernière minute
La Cour d’appel malaisienne a débouté aujourd’hui le recours d’un groupe indigène du Sarawak portant sur leurs droits territoriaux. Les Kayan, Kenyah et Ukit avaient engagé des poursuites concernant le barrage hydroélectrique de Bakun qui les a déplacés de leur terre. Les tribunaux ont statué que les peuples indigènes n’avaient pas présenté suffisamment de preuves.
Les peuples indigènes du Sarawak demandent que l’annulation de leurs droits territoriaux par le gouvernement soit déclarée nulle et non avenue. Ils ont l’intention de faire appel devant la Cour fédérale.