Des centaines de manifestants contre l'arrestation d'un leader indigène d'Equateur

Pepe Luis Acacho, leader shuar, Equateur.
Pepe Luis Acacho, leader shuar, Equateur.
© Survival

Dernière minute : Pepe Luis Acacho, Fidel Kaniras et Pedro Mashiant ont été libérés de prison le 9 février. Dans son verdict, Justice Narváez a qualifié leur détention ’d’illégale, arbitraire et illégitime’.

Pepe Luis Acacho, leader indigène shuar, vient d’être arrêté, deux jours à peine après avoir été désigné tête de liste à la présidence de la Confédération des nationalités indigènes d’Équateur (CONAIE), la principale organisation indigène d’Équateur.

Deux autres Shuar, Fidel Kaniras et Pedro Mashiant, ont été arrêtés avec Pepe Luis Acacho. Selon le quotidien local Diario de Los Andes, les trois hommes ont été accusés de ‘terrorisme organisé’.

Des membres de la CONAIE ont interviewé Acacho dans sa cellule à Quito, où il a été transporté par hélicoptère la semaine dernière.

‘Je n’ai opposé aucune résistance lors de mon arrestation mais ils (les policiers) m’ont poussé et malmené en me faisant entrer dans leur véhicule, m’informant que je me trouvais en état d’arrestation’ a indiqué Acacho.

Depuis lors, des centaines de personnes manifestent dans les rues à travers tout le pays, appelant à la libération immédiate des trois détenus.

Selon la CONAIE, le gouvernement persécute actuellement 189 leaders indiens les accusant d’être des terroristes et des saboteurs. Cette protestation fait suite à une série de manifestations indigènes qui ont eu lieu en mai 2010 contre un projet de loi limitant l’accès à l’eau des communautés indiennes en faveur des compagnies minières.

La CONAIE a annoncé qu’elle allait solliciter une rencontre avec le Secrétaire général des Nations-Unies, Ban Kim Moon, pour lui faire part des conflits incessants qui opposent le gouvernement aux peuples indigènes en Équateur.