Des Indiens d'Amazonie manifestent à Londres - Un juge stoppe le projet d'un barrage au Brésil

Les barrages menacent de détruire les terres et la vie de milliers dIndiens.
Les barrages menacent de détruire les terres et la vie de milliers dIndiens.
© M. Cowan/Survival

‘Ces projets expulseront mon peuple de ses terres et mettront fin à notre mode de vie’. Ruth Buendia Mestoquiari, représentante ashaninka.

Trois Indiens d’Amazonie, soutenus par de nombreux sympathisants, ont manifesté aujourd’hui à Londres contre les barrages qui menacent de détruire les terres et la vie de milliers d’Indiens.

Ruth Buendia Mestoquiari, Ashaninka du Pérou, Sheyla Juruna, Juruna de la région du Xingu et Almir Surui, Surui du Brésil, appellent à l’abandon de trois projets de barrages controversés en Amazonie – Pakitzapango, Belo Monte et Jirau.

La banque nationale brésilienne de développement (BNDES) finance la plus grande partie des barrages.
La banque nationale brésilienne de développement (BNDES) finance la plus grande partie des barrages.
© M. Cowan/Survival

La manifestation a eu lieu devant l’agence de la banque publique brésilienne de développement économique et social (BNDES), financeur principal des barrages.

Dans le même temps, un juge brésilien vient de prendre la décision de stopper le méga-projet de l’un des trois barrages – Belo Monte – pour des raisons environnementales. Il est pratiquement certain que le gouvernement contestera cette décision.

Le méga-barrage de Belo Monte projeté sur la rivière Xingu sera le troisième plus grand barrage au monde. S’il est construit, il dévastera une grande partie de la forêt. Plusieurs rapports récents attestent de la présence d’Indiens isolés près du site de construction.

Belo Monte et les autres barrages – ceux de la Madeira au Brésil et le Pakitzapango au Pérou, ne sont qu’une infime partie de l’ambitieux projet du gouvernement brésilien d’exploiter l’énergie hydroélectrique au Brésil et au Pérou dans le cadre du programme de croissance accélérée du pays.

Sheyla Juruna a déclaré aujourd’hui : ‘Les barrages entraîneront des conséquences culturelles, sociales et environnementales irréversibles. En investissant dans ces barrages, la BNDES finance la destruction de l’Amazonie. Nous sommes traités comme des animaux – tous nos droits sont violés’.

Télécharger les biographies des membres de la délégation et les informations concernant les barrages (en anglais).