Protestation massive d'Indiens à Brasilia

Plus de 700 Indiens ont installé un campement à Brasilia pour protester contre le déni de leurs droits.
Plus de 700 Indiens ont installé un campement à Brasilia pour protester contre le déni de leurs droits.
© CIMI

Plus de 700 Indiens appartenant à environ 230 groupes distincts ont installé la semaine dernière un campement en plein cœur de la capitale brésilienne pour protester contre le déni de leurs droits.

Révoltés par l’avancée des projets d’infrastructure à grande échelle qui menacent leurs territoires, les Indiens ont défilé dans les rues appelant le gouvernement à prendre des mesures d’urgence pour empêcher cette destruction.

Les barrages en cours de construction sur la rivière Madeira, en Amazonie, soumettent les territoires des Indiens isolés à une forte pression en occasionnant une immigration importante et une déforestation massive. Les Indiens isolés dépendent étroitement de leur forêt et toute forme de contact avec des étrangers peut leur être fatale.

Le barrage de Belo Monte prévu sur la rivière Xingu menace la vie de milliers d’Indiens qui n’ont jamais donné leur consentement à sa construction.

Les manifestants ont déclaré dans une lettre ouverte : ‘Nous ne tolérerons pas d’être une fois de plus spoliés de notre Terre Mère que nous avons réussi à préserver depuis des millénaires, contribuant ainsi à l’équilibre socio-environnemental de notre pays et du monde entier, ou qu’elle soit détruite de manière irrationnelle’.

Le mois dernier, la Commission interaméricaine des droits de l’homme a appelé le gouvernement brésilien à suspendre le projet du barrage de Belo Monte. La présidente Dilma Rousseff n’a pas suivi cet avis et a ordonné la rupture immédiate des relations du Brésil avec la Commission.

Les Indiens guarani qui protestaient lors de la manifestation ont déploré l’inertie du gouvernement dans le processus de démarcation de leurs territoires ancestraux, alors que des milliers d’entre eux sont actuellement contraints de vivre dans des réserves surpeuplées ou au bord des routes.

L’essor actuel des plantations de canne à sucre et de production d’éthanol reste une source de préoccupation majeure des Guarani qui ont été spoliés d’une grande partie de leur territoire pour faire place à cette industrie.

Survival International appelle le géant énergétique Shell et son partenaire brésilien Cosan à interrompre leurs plantations de canne à sucre sur les territoires ancestraux des Guarani.