Raoni dénonce la 'grande souffrance' des Indiens kayapó devant les Nations-Unies

Raoni, leader kayapó, a alerté lONU des conséquences dévastatrices du projet de barrage de Belo Monte sur son peuple.

Raoni, leader kayapó, a alerté lONU des conséquences dévastatrices du projet de barrage de Belo Monte sur son peuple.
© Antonio Bonsorte/Amazon Watch

Raoni Metuktire, porte-parole des Indiens kayapó d’Amazonie brésilienne, s’est rendu le mois dernier aux Nations-Unies à Genève pour dénoncer les conséquences dévastatrices du projet d’un méga-barrage sur son peuple.

Il a déploré ‘la grande souffrance et les effets négatifs que cause le projet du barrage de Belo Monte sur [son] peuple’.

S’il est construit, Belo Monte sera la troisième plus grand barrage au monde et détruira la forêt et les vies de milliers d’Indiens, dont des Indiens isolés. Il réduira considérablement le stock de poissons dont dépendent les communautés locales pour leur subsistance.

S’adressant aux fonctionnaires des Nations-Unies, Raoni s’est dit ‘inquiet pour son peuple, pour les rivières, pour la terre, les animaux, les arbres. Je veux les protéger… S’il n’y a plus d’arbres sur notre territoire, s’ils les brûlent, que ferons-nous? Que deviendrons-nous?’

‘Je veux que tous les peuples indigènes du monde puissent vivre en paix, car nous avons tous des droits, nous sommes tous des citoyens du monde’ a-t-il poursuivi.

Le gouvernement brésilien a autorisé la construction du barrage malgré la condamnation unanime des Indiens, des communautés riveraines, de scientifiques, du ministère public brésilien et de la Commission interaméricaine des droits de l’homme.

La construction du barrage a été suspendue le mois dernier et les Indiens ont fait savoir qu’ils se battront pour empêcher la reprise du chantier.