La prolifération des safaris humains menace les Indiens isolés du Pérou

Les Mashco-Piro isolés ont été aperçus dans la région à plusieurs occasions.

Les Mashco-Piro isolés ont été aperçus dans la région à plusieurs occasions.
© G. Galli/www.survivalfrance.org

Selon l’hebdomadaire britannique The Observer, la tribu isolée des Mashco-Piro du Pérou est confrontée à la menace d’être exploitée par des organisateurs de ‘safaris humains’.

Le mois dernier, Survival avait diffusé des photos de la tribu afin d’attirer l’attention sur l’urgence de les protéger des contacts indésirables.

Les Mashco-Piro vivent dans le parc national de Manú, un site très prisé par les touristes. L’exploitation forestière illégale et les projets pétroliers et gaziers dans la région forcent les Indiens à fuir la forêt pour s’approcher des berges des rivières où, depuis environ un an, ils ont ont été aperçus à maintes reprises, notamment depuis les bateaux qui y naviguent.

The Observer affirme que les Mashco-Piro pourraient également être victimes d’une toute autre menace – les safaris humains – un scandale que Survival dénonce depuis 2010 dans les îles Andaman.

L’enquête de The Observer établit que certains guides touristiques peu scrupuleux, travaillant dans le parc de Manú, tentent d’organiser des excursions touristiques chez les Indiens isolés.

Lexploitation forestière illégale et lexploration pétrolière et gazière forcent les Mashco-Piro à fuir leur forêt.

Lexploitation forestière illégale et lexploration pétrolière et gazière forcent les Mashco-Piro à fuir leur forêt.
© Jean-Paul Van Belle

Le journal affirme que certaines compagnies offrent aux touristes des ‘programmes sur-mesure’ au cours desquels ils auront la ‘chance’ de voir des ‘Indiens non-contactés’.

Cette affaire ressemble de manière inquiétante au scandale des ‘safaris humains’ des îles Andaman. Cependant, des ONG péruviennes ont réagi rapidement pour empêcher qu’une telle situation se reproduise.

Les autorités péruviennes et l’organisation indigène Fenamad exhortent les populations locales à rester éloignées des Indiens et sont en train de mettre en place un poste de surveillance pour empêcher les intrus d’entrer en contact avec eux. Elles coopèrent également étroitement pour intercepter les bûcherons illégaux et protéger le territoire de la tribu.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Heureusement que tous les tour-opérateurs n’organisent pas des safaris humains et il est rassurant de lire que certains sont conscients des dangers que constitue l’ouverture de cette région, aussi bien pour les touristes que pour les Mashco-Piro. Mais les tour-opérateurs peu scrupuleux doivent être dénoncés; encourager les touristes à venir observer les Mascho-Piro est totalement irresponsable et potentiellement mortel’.