Un journaliste brésilien condamné pour propos racistes envers les Indiens

Un journaliste a qualifié les Indiens ‘dignorants’ et de ‘sales’.

Un journaliste a qualifié les Indiens ‘dignorants’ et de ‘sales’.

© Fiona Watson/Survival

Un journaliste brésilien a été reconnu coupable de discrimination envers les Indiens qu’il a qualifiés ‘d’ignorants’ et de ‘sales’.

Dans un article publié sur le site internet Jornal NH, Ivar Paulo Hartmann écrit : ‘Les Indiens qui subsistent encore aujourd’hui au Brésil sont composés d’individus semi-civilisés, sales, ignorants et vagabonds, vivant de la générosité des Blancs’.

Hartmann a été condamné à deux ans de travaux d’intérêt général et à verser des dommages-intérêts aux Indiens kaingang du sud du Brésil.

La juge Salise Monteiro Sanchotene a déclaré : ‘La liberté d’expression ne doit pas inciter à l’intolérance et à la violence raciales qui compromettent le principe d’égalité des citoyens devant la loi’.

Les représentations racistes des peuples indigènes dans les médias renforcent la doctrine coloniale erronée propageant l’idée qu’ils n’ont pas évolué dans le temps. Elles sont extrêmement dangereuses et sont souvent utilisées pour justifier la persécution ou le développement forcé des peuples indigènes, ainsi que la spoliation de leurs territoires au nom du ‘progrès’ dont les conséquences désastreuses ont été prouvées à maintes reprises.

La campagne de Survival ‘Racisme dans les médias’ vise à bannir les termes péjoratifs et racistes utilisés par les médias pour décrire les peuples indigènes.

L’ACMA, l’agence nationale australienne de régulation de l’audiovisuel, avait condamné pour racisme la chaîne australienne Channel 7 pour avoir décrit dans un reportage les Indiens suruwaha du Brésil comme des ‘tueurs d’enfants, des reliques de l’âge de pierre responsables des pires violations de droits de l’homme au monde’.