Une trentaine de Bushmen survivent dans la Réserve

Une trentaine de Bushmen survivent difficilement depuis septembre dernier à Metsiamanong, communauté située à l'intérieur de la Réserve du Kalahari central, au Botswana. Cette petite communauté, qui compte une quinzaine d'enfants, refuse de quitter sa terre ancestrale malgré les constantes menaces et intimidations des gardes armés.

Pour les forcer à quitter la Réserve, le gouvernement botswanais leur a interdit la chasse et la cueillette. Leur troupeau de chèvres leur ayant été confisqué, les Bushmen souffrent de privations et ne survivent que grâce à des rations de famine.

Voilà plus de quatre mois que la Réserve est entièrement bouclée. Une femme est déjà morte de faim et de soif. Les pluies récentes ont amélioré leurs conditions de vie mais leurs possibilités de ravitaillement sont extrêmmement maigres.

Un groupe de Bushmen vivant à l'extérieur de la Réserve a récemment été autorisé à s'y rendre brièvement pour assister à un enterrement. Ils ont rapporté que malgré leur inquiétude et la famine, les membres de la communauté sont déterminés à rester sur leur territoire.