Le procès le plus long et le plus coûteux de l’histoire

Le procès, dans lequel l'avenir des Bushmen gana et gwi est en jeu, a de nouveau été reporté dès la deuxième semaine de reprise. Les débats ont été suspendus jeudi dernier, plus d'une semaine avant la date prévue. Une interruption de deux jours a en effet été sollicitée par les juges pour leur permettre de trancher une question déjà été débattue en août dernier.

A cette époque, la Cour avait ordonné à Sidney Pilane, l'avocat du gouvernement, de ne pas faire référence à un rapport concernant le territoire des Bushmen produit un an après le début de l'audition des témoins. Son refus d'obtempérer lui avait valu quatre jours de détention pour outrage à magistrat. La semaine dernière, il a tenté à nouveau de produire ce rapport comme pièce à conviction. M. Pilane est pourtant celui qui, en septembre dernier, avait ordonné à l'armée d'employer des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc contre les Bushmen qui tentaient d'apporter eau et nourriture à leurs familles restées dans la Réserve naturelle du Kalahari central.

Le procès a également été suspendu durant deux jours pour permettre aux juges d'assister à une cérémonie officielle. Ces nouveaux ajournements surviennent en dépit de l'accord selon lequel le procès devait prendre fin dans les dix prochaines semaines. Il est d'ores et déjà le plus long et le plus coûteux de l'histoire du Botswana, bien qu'intenté par ses citoyens les plus pauvres.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : ‘Les avocats du gouvernement qui n'ignorent pas les difficultés financières des Bushmen semblent utiliser cette situation contre eux. Ils tentent de faire durer le plus longtemps possible ce procès plutôt que de privilégier une procédure plus concertée. Dire que la situation ne semble pas favorable aux Bushmen est un euphémisme.'


Pour plus d'informations
Magali Rubino
01 42 41 44 10
[email protected]france.org