L’ambassadeur des Etats-Unis au Botswana condamne l’expulsion des Bushmen

John E. Lange, l'ambassadeur sortant des Etats-Unis au Botswana a condamné la décision du gouvernement du Botswana d'expulser les Bushmen Gana et Gwi de leur terre ancestrale dans la réserve naturelle du Kalahari Central (CKGR). Le discours de Lange, qui a été prononcé devant le Botswana Press Club et rapporté dans le Botswana Gazette, a mis en question le rapport sur les droits de l'homme du Botswana concernant le traitement des Bushmen. Son discours a porté un grave coup au gouvernement du Botswana qui a tenté de passer sous silence la brutalité des expulsions.

Les Gana et les Gwi vivent sur leurs terres ancestrales depuis des milliers d'années. Mais en début d'année, le gouvernement du Botswana a expulsé presque la totalité des derniers Gana et Gwi vivant encore dans la réserve, en coupant l'approvisionnement en eau, en les menaçant et en les forçant à aller vivre dans des camps de relocalisation désolés. Les Bushmen, qui vivaient quasiment en autarcie, ne peuvent pratiquer ni la chasse ni la cueillette dans les camps, et dépendent des aides gouvernementales pour leur survie. En juillet 2002, un Bushmen a dit à Survival : ‘Nous voulons retourner sur notre terre ancestrale. Je ne dors jamais. Je suis tout le temps en train de rêver de ma terre'.

Lange, qui, selon le Botswana Gazette, s'est récemment rendu dans la réserve naturelle du Kalahari Central et dans les camps de relocalisation, a insisté sur le fait que les Bushmen doivent être autorisés à choisir le lieu où ils veulent vivre, et a qualifié les conditions de vie dans les camps ‘d'insupportables'. Il a proposé l'aide des Etats-Unis pour s'assurer que le droit des Bushmen à retourner sur leurs terres soit respecté.

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui :  ‘Une condamnation internationale s'élève contre l'oppression raciste du Botswana sur les Bushmen. Maintenant que l'ambassadeur américain a dit franchement ce qu'il pensait, le gouvernement du Botswana doit se demander pour combien de temps il peut encore nier le droit des Bushmen à vivre sur leur terre et de la façon dont ils le souhaitent'.