L’expulsion des Bushmen est ‘illégale et anticonstitutionnelle’

Gordon Bennett, l'avocat des Bushmen, a commencé lundi sa plaidoirie finale devant la Haute Cour du Botswana. Il a démontré que l'expulsion des Bushmen était illégale et anticonstitutionnelle et qu'elle avait été effectuée sans leur consentement.

Constatant que l'Etat n'avait même pas cité à comparaître un seul Bushman expulsé de la Réserve naturelle du Kalahari central pour attester qu'ils étaient d'accord avec leur relocalisation, Me Bennett a déclaré qu'il s'agissait d'une ‘omission révélatrice'.

Il a également signalé des documents attestant qu'en 1990, 1995, 1997, 1999, 2000 et 2001, les Bushmen vivant dans la Réserve avaient affirmé ne pas vouloir être déplacés. Les avocats du gouvernement n'ont produit aucune preuve indiquant que les Bushmen aient changé d'opinion au moment de leur expulsion du début de l'année 2002. Me Bennett a affirmé qu'ils avaient quitté la Réserve ‘sous la pression intolérable du gouvernement'.

Me Bennett a observé que le gouvernement avait supprimé les services dont bénéficiaient les Bushmen dans la Réserve alors qu'il avait lui-même admis qu'ils étaient ‘fondamentaux' et ‘essentiels'. L'avocat des Bushmen a démontré que, contrairement aux affirmations du gouvernement, la suppression des services n'avait aucun rapport avec leur coût qui est ‘insignifiant comparé aux millions et aux millions investis en infrastructure, routes, approvisionnement en eau et autres à New Xade et à Kaudwane [les camps gouvernementaux de relocalisation]'.

Il a également déclaré qu'en privant illégalement les Bushmen de leurs permis de chasse, le gouvernement était ‘capable de violer sa propre législation pour parvenir à ses fins'.

Me Bennett a démontré que les preuves apportées par les témoins du gouvernement étaient le plus souvent inexactes et contradictoires et a invité la Cour ‘à considérer dans quelle mesure nous pouvions nous fier aux témoignages des témoins cités par le gouvernement'.

Les plaidoiries doivent continuer cette semaine.