Un parti d’opposition aux côtés des Bushmen

L’un des plus importants partis d’opposition du Botswana, le Botswana Congress Party (BCP), a publiquement réprouvé le discours de la nation du président qui évoquait l’expulsion des Bushmen de la Réserve du Kalahari.

Le député Kesetigile Gabotswang, à la tête du Botswana Congress Party qui a récemment dirigé pour son parti une mission d’enquête dans la Réserve naturelle du Kalahari central, a sommé le gouvernement d’autoriser les Bushmen à retourner dans la réserve invoquant que les arguments qu’il avait avancés pour justifier leur expulsion n’étaient ‘pas convaincants’.

M. Gabotswang a indiqué que le président avait fait preuve ‘d’immaturité’ dans le traitement de ‘questions nationales comme la relocalisation des Basarwa [Bushmen]’.

Il a déclaré que la mission d’enquête du BCP avait démenti les ‘faux arguments du gouvernement selon lesquels les Basarwa auraient été relocalisés pour leur donner accès à des services sociaux, notamment d’éducation et de santé’. La mission concluait que les Bushmen avaient ‘effectivement été expulsés’ à l’aide ‘de menaces et d’actes d’intimidation perpétrés par des agents du gouvernement’.

Selon M. Gabotswang, le gouvernement du Botswana est ‘difficilement crédible’ et a ignoré ‘à ses risques et périls les préoccupations d’éminentes personnalités comme l’archevêque sud-africain Desmond Tutu ainsi que celles d’organisations continentales comme la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples’.