Des chasseurs-cueilleurs kenyan détenus et interrogés par les autorités botswanaises

Deux chasseurs-cueilleurs ogiek venus au Botswana pour enquêter sur la situation des Bushmen du Kalahari ont été détenus et soumis à un interrogatoire par les autorités.

Les deux hommes, Kiplangat Cheruiyot et Mpoiko Kobei, ont fait le voyage depuis le Kenya pour pouvoir s’entretenir avec les Bushmen du Kalahari qui vivent désormais dans des camps de relocalisation après avoir été expulsés de leurs terres ancestrales.

Après avoir tenu une conférence de presse à Gaborone, la capitale botswanaise, les deux hommes ont été arrêtés à la frontière du Zimbabwe par des fonctionnaires botswanais à la recherche de « deux porteurs de passeports kenyans ».

Ils ont ensuite été interrogés pendant une heure sur les personnes qu’ils avaient rencontrées, celles qui les avait invités et sur leurs liens avec Survival International. Après avoir été relâchés, les deux hommes ont été déposés dans la zone frontalière du Botswana et du Zimbabwe. À leur arrivée au Zimbabwe, la police leur a dit qu’elle recherchait « deux Kenyans en fuite ».

Au cours de leur conférence de presse à Gaborone, Kiplangat Cheruiyot avait déclaré : « La vie, la culture et la tradition [des Bushmen] ont été brisées par les expulsions. Des familles ont été séparées et les conflits entre les gens et les agences gouvernementales ont créé un sentiment permanent de peur ».

M. Cheruiyot a ajouté : «Le Kenya a combattu ses chasseurs-cueilleurs, ses peuples de la montagne et de la forêt pendant des décennies, mais le gouvernement a pris conscience de ses erreurs et a octroyé aux peuples indigènes de chasseurs-cueilleurs comme nous des droits de propriété sur leurs territoires. Il a aidé les gens à posséder et à gérer les ressources naturelles dans leurs régions et à récolter les bénéfices de cette exploitation. Je suis sûr que le Botswana peut profiter de notre expérience».

Pour plus d’informations

Kiplangat Cheruyot, Ogiek People’s Development Program : +00 254 721 602 573

Magali Rubino 00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]