Ouverture d'un procès historique

Un procès historique, intenté par les Indiens akawaio et arekuna du bassin du haut Mazaruni, vient de s’ouvrir devant la Cour suprême du Guyana.

Bien qu’ils aient été reconnus par le gouvernement en 1991, les titres de propriété des communautés du haut Mazaruni ne couvrent pas la totalité de leurs terres traditionnelles et excluent leurs droits sur l’eau et le sous-sol.

Selon David James, un avocat indigène représentant les communautés, il s'agit là de la première affaire de ce type au Guyana. Les Indiens, qui ont intenté le procès en 1998, se sont heurtés à une telle inertie que les auditions n’ont pu commencer que la semaine dernière.

L'an dernier, le Comité des Nations-Unies pour l'élimination de la discrimination raciale (CERD) avait exprimé sa vive préoccupation devant le non respect par le Guyana des droits territoriaux indigènes.