Le sida se propage dans les hautes terres de Papouasie

Des médecins craignent que le nombre de Papous atteints du virus HIV/sida ne soit bien supérieur aux prévisions du gouvernement. La Papouasie occidentale est déjà la région indonésienne la plus touchée par le virus, avec un taux de contamination 15 fois supérieur à la moyenne nationale.

Une récente étude estime que 4 200 personnes de la seule région de Punkak Jaya sont infectées et les médecins prévoient une augmentation de 200% de ce chiffre dans les cinq prochaines années.

16 personnes, dont des adolescents et un enfant de 3 ans, sont récemment décédées du sida à l'hôpital de Mulia dans la région de Punkak Jaya. Peu d'informations sur la maladie circulent dans les zones les plus reculées de la province et aucune des 16 victimes ne se savait infectée à leur arrivée à l'hôpital.

Depuis l'occupation de la Papouasie occidentale par l'Indonésie en 1963, les Papous subissent les pires violations des droits de l’homme par l'armée nationale. Le gouvernement indonésien tire d'importants bénéfices de l'exploitation des ressources naturelles de Papouasie au mépris de la vie des Papous.

L’exploitation forestière et autres activités économiques souvent soutenues par l'armée ont attiré des prostituées en Papouasie qui ont contribué à propager la maladie. Les Papous pensent que l'armée indonésienne a délibérément introduit le virus comme outil génocidaire.

Lisez le rapport de Survival "Le progrès peut tuer".