Des Papous brutalisés et inculpés de subversion

Six Papous vont être inculpés de subversion pour avoir hissé le symbole de l'indépendance de la Papouasie occidentale, le drapeau de l'étoile du matin, au cours d'une manifestation pacifique dans la ville de Fakfak, à un peu moins de 900 km de la capitale Jayapura.

Tôt dans la matinée du 19 juillet dernier, 35 Papous ont pris part à ce lever de drapeau. La police a alors violemment chargé les manifestants. 41 personnes ont été arrêtées, notamment des gens qui n'avaient pas pris part à la manifestation. Les hommes du groupe ont été forcés de se déshabiller et ont été emmenés en sous-vêtements au poste de police. Deux femmes ont également été arrêtées. Survival craint pour la sécurité des personnes arrêtées car la torture est largement pratiquée par la police en Papouasie occidentale.

Des informations en provenance de la région laissent penser que six des gardés à vue seront inculpés de subversion et de tentative de renversement du gouvernement selon le code pénal indonésien. Ils pourraient également être accusés d'avoir fomenté un coup d'Etat et risqueraient alors la prison à perpétuité.

D'autres arrestations du même type ont eu lieu pendant des manifestations pacifiques dans les villes de Timika, Manokwari et Jayapura et sont le signe d'un raidissement des autorités indonésiennes. La Papouasie occidentale est occupée par l'Indonésie depuis 1963 et l'armée nationale n'a jamais hésité à user de violences contre les peuples indigènes papous.