La Journée internationale des peuples indigènes endeuillée

Un Papou a été abattu par la police indonésienne le 9 août, journée internationale des peuples indigènes décrétée par les Nations-Unies.

L’homme a été tué lors d’une manifestation pacifique à Wamena, une ville des hautes terres de Papouasie, où environ 20 000 Papous s’étaient rassemblés.

Les policiers indonésiens se sont mis à tirer vers le sol devant la foule après que quatre drapeaux eurent été hissés : les couleurs des Nations-Unies et de l’Indonésie, un drapeau SOS et le ‘Morning Star’ (Etoile du matin), symbole de l’indépendance de la Papouasie occidentale, interdit par le gouvernement indonésien.

La victime, Opinus Tabuni, un homme de 35 ans, était assis près de la barrière d’une école quand il a été atteint d’une balle. Un porte-parole de la police locale a rejeté toute responsabilité, prétextant que M. Tabuni ‘pouvait très bien avoir été tué accidentellement dans la foule par des manifestants’.

‘Cet incident montre bien que, pour la police indonésienne, le déploiement du « Morning Star » est un motif suffisant pour tirer sur des gens même lors d’un rassemblement pacifique’ a déclaré Paula Makabory de l'Institut des droits de l’homme de Papouasie. ‘La police indonésienne a aussi eu le cynisme de nier avoir tué cet homme alors que tout le monde l'a vue tirer sur lui'.

Deux autres Papous auraient été gravement blessés par les forces de sécurité indonésienne, l’un par balles, l’autre frappé à coups de crosse de fusil.

Voir une photo de la victime, Opinus Tabuni, abattu par la police indonésienne (cette image peut choquer les personnes sensibles).