Des manifestants empêchent une compagnie britannique de s'introduire sur le territoire d'une tribu

Un homme dongria kondh
Un homme dongria kondh
© Jason Taylor

Un barrage érigé la nuit dernière par plus de cinquante manifestants a empêché la compagnie minière Vedanta de s'introduire sur le territoire des Dongria Kondh et d’autres tribus kondh.

La compagnie FTSE 100 projette d'exploiter une mine de bauxite sur la montagne sacrée des Dongria Kondh dans l'Etat d'Orissa, qui dévastera une partie importante de la forêt dont ils dépendent.

Cette action survient après qu’une réunion de haut niveau ait eu lieu le week-end dernier entre le milliardaire Anil Agarwal et le ministre de l'Etat d'Orissa, Naveen Patnaik, qui soutient le projet minier. Suite à cette rencontre, Agarwal a annoncé à la presse que l'exploitation minière commencerait "dans un mois ou deux".

Bien que la Cour Suprême indienne ait approuvé le projet de Vedanta, la mine doit encore recevoir l’autorisation environnementale requise pour poursuivre les opérations.

L'affrontement entre les villageois et les bulldozers de Vedanta continue. Ajun Chandi, l’un des manifestants ayant reçu plusieurs menaces téléphoniques de la part de la compagnie, a sollicité le soutien de la communauté internationale : "Vous devez faire connaître au monde entier les agissements de Vedanta."

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui : "Vedanta ne pourra pas continuer à agir dans l’ombre en envahissant le territoire des Dongria en pleine nuit. Elle n'a même pas encore obtenu l’autorisation officielle. Et qu'elle la reçoive ou non, les Dongria ne laisseront pas détruire leur montagne sacrée. Vedanta tente d'intimider les tribus. Un tel comportement de la part d'une grande compagnie britannique est révoltant; il n’aboutira à rien et Vedanta doit maintenant s'attendre à l’opposition massive de l’opinion publique internationale."

Pour plus d’informations
Sophie Baillon 00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]