Des manifestants agressés par les forces de l'ordre en Papouasie occidentale

Un jeune yali portant des graines, Papouasie.
Un jeune yali portant des graines, Papouasie.
© William Milliken/Survival

Les forces de l'ordre indonésiennes ont attaqué un groupe d’une centaine de Papous qui manifestaient pacifiquement la semaine dernière contre le report des élections locales à Nabire.

Lorsque la police a commencé à attaquer la foule, les manifestants ont fait appel à Yones Douw, un éminent défenseur des droits de l'homme. La police l’a brutalisé dès son arrivée et selon des témoins, il aurait reçu des coups sur la tête avant d’'être arrêté avec sept autres manifestants.

La police a également frappé d'autres manifestants et tiré des balles en caoutchouc dans la foule, blessant cinq personnes gravement et plusieurs autres plus légèrement.

De nombreux témoins ont affirmé que plusieurs corps de forces de l'ordre ont été impliqués dans cette attaque, dont Brimbob, la tristement célèbre police paramilitaire indonésienne, des soldats de l’armée régulière et des hommes des services de renseignements indonésiens.

Cet incident constitue une preuve supplémentaire de l'inquiétante montée de la répression et de la violence envers les Papous.

Survival s’associe aux organisations locales et internationales pour appeler à l’ouverture d’une enquête sur l’emploi excessif de la force envers ces manifestants pacifiques et demande à ce que les responsables soient traduits en justice.

Ecrivez une lettre en soutien aux Papous