Appel d'urgence suite à « l’ignoble massacre » de dix Indiens

Les nukak sont lun des vingt-huit groupes indigènes en “danger imminent d’extinction physique et culturelle”
Les nukak sont lun des vingt-huit groupes indigènes en “danger imminent d’extinction physique et culturelle”
© Gustavo Pollitis/Survival

Dix Indiens colombiens ont été tués en tentant de fuir le violent conflit qui frappe leurs familles sur leur propre terre.

Les Indiens, qui appartiennent au peuple awá, ont été attaqués par un groupe armé non identifié. L’identité des victimes n’a pas encore été révélée.

L’ONIC, l’organisation nationale indigène colombienne, a lancé un appel d’urgence aux médias colombiens et internationaux dénonçant cet "ignoble massacre".

Ces crimes font suite à de récents rapports établissant le meurtre de huit autres Awá. Selon les autorités awá, de violents conflits ont éclaté le 4 février dernier entre l’armée colombienne, les FARC et l’ELN (armée de libération nationale) en plein cœur du territoire awá. Les Indiens ont été emmenés dans un lieu reculé où ils ont été abattus par balles et à l’aide d’armes blanches.

Les Awá, comme beaucoup de peuples indigènes de Colombie, subissent depuis de nombreuses années les conséquences du conflit qui oppose l’armée colombienne, la guérilla et les groupes paramilitaires qui envahissent et détruisent leurs terres. Sur plus de cent groupes indigènes colombiens, vingt-huit sont aujourd’hui en “danger imminent d’extinction physique et culturelle” – dont les chasseurs-cueilleurs nukak.

Les Awá colombiens n’ont aucune relation avec les Awá brésiliens.