Quatre blessés graves au cours de manifestations en Papouasie occidentale

Yali, Papouasie
Yali, Papouasie
© Jerry Callow/Survival

Quatre Papous sont toujours à l’hôpital dans un état de santé critique après que la police ait ouvert le feu sur les participants d’une manifestation organisée lundi à Nabire, une ville de Papouasie, faisant onze blessés.

Les manifestants avaient appelé à boycotter les élections qui avaient lieu aujourd'hui, demandant l’organisation d'un référendum sur l'avenir de la Papouasie occidentale. Ils célébraient également la création, aux Etats-Unis, de l’ONG 'Avocats internationaux pour la Papouasie occidentale'.

Selon les témoins, la police a tiré sur la foule ainsi que sur des passants. La police dément ces faits, prétendant qu'elle a tiré des coups de semonce après qu'un officier eut été blessé par une flèche.

Selon les témoins, l'une des victimes n’est âgée que de 10 ans et a été blessée alors qu'elle revenait de l'école et au moins six autres blessés ne participaient pas à la manifestation. Des témoins ont rapporté avoir vu des agents des services de renseignements indonésiens cachés dans des bâtiments pour tirer sur les passants.

Le rassemblement de lundi faisait suite à une série de manifestations pacifiques de grande envergure qui ont eu lieu à Nabire et à Wamena, une ville des hautes terres, malgré l’interdiction des forces policières. Les organisateurs de la manifestation de Nabire estiment que plus de 15 000 personnes y ont participé.

La police détient toujours six personnes suite aux arrestations qui ont eu lieu avant les manifestations de vendredi et de lundi. La sécurité de ceux qui ont été placés en garde à vue et des défenseurs des droits des peuples indigènes en Papouasie occidentale est au centre des préoccupations de Survival.

Survival appelle à l’ouverture d’une enquête indépendante sur les agissements des policiers lors de ces manifestations. Tout officier de police ayant usé de la force de manière excessive devrait être poursuivi en justice.

Information de dernière minute : nous venons d’apprendre que six personnes ont été abattues aujourd'hui avant l’ouverture des bureaux de vote.

Ecrivez une lettre en soutien aux Papous