La Commission des droits de l'homme examine la requête de Survival

jeunes filles dongria kondh
jeunes filles dongria kondh
© Jason Taylor

Suite à la plainte déposée par Survival, la Commission nationale des droits de l'homme de l'Inde a écrit au gouvernement d'Orissa pour exiger un rapport complet sur son partenariat dans le projet d'exploitation minière avec le géant britannique Vedanta.

La requête concerne les projets miniers d'extraction de bauxite de Vedanta sur les collines de Niyamgiri, dans l'est de l'Orissa. Le site de la mine est un lieu sacré pour la tribu des Dongria Kondh qui protestent contre ce projet depuis plusieurs mois.

La plainte de Survival expose comment les droits des Dongria Kondh, notamment leurs libertés religieuses, seraient violés si leur site le plus sacré était profané par la mine.

L'avenir du projet minier a été remis en question suite aux déclarations du ministre indien de l'environnement annonçant qu'au vu des lois protégeant les droits des peuples indigènes en Inde au moment où Vedanta avait demandé à extraire la bauxite de la montagne des Dongria, "le projet aurait dû avoir peu de chances d'aboutir." Vedanta est détenue en majorité par le milliardaire indien Anil Agarwal.

Le ministre a également affirmé que le projet n'avait pas obtenu d'accord complet et que Vedanta serait poursuivie si elle commençait à mener ses activités minières sans autorisation totale. Bien que l'extraction minière n'ait pas encore commencé, Vedanta cherche à construire des routes d'accès et des tapis roulants, mais la forte mobilisation des Dongria Kondh retarde la progression du projet.