Des Papous tués par l’armée


Les récentes offensives menées par la police et l'armée indonésiennes à l'encontre de villages indigènes dans les hautes terres papoues se sont soldées par trois morts, des maisons incendiées, des cochons tués et des récoltes détruites.

Sous prétexte de rechercher des membres du mouvement séparatiste pour une Papouasie libre,  l'armée indonésienne attaque et intimide fréquemment les habitants des hautes terres. Cette dernière offensive visait le village de Nggweyage où son chef, une personne âgée et un enfant ont été tués.

Survival a protesté auprès du gouvernement indonésien sur ces dernières atrocités.