BHP Billiton explore le Kalahari sans consentement bushman

BHP Billiton, la plus grande compagnie minière au monde, a lancé l'exploration de la réserve des Bushmen gana et gwi sans leur consentement. Après que ces derniers eurent protesté auprès de la Banque mondiale, sa filiale botswanaise, la compagnie Sekaka Diamonds, également connue sous le nom de Kalahari Diamonds Limited, a érigé dans la réserve des panneaux en anglais et en setswana indiquant que des avions allaient survoler la région à basse altitude à la recherche de diamants. Or les Bushmen ne savent lire ni l'anglais ni le setswana.

Les activités de BHP Billiton dans la Réserve du Kalahari sont financées à hauteur de 2 millions de dollars par IFC (International  Finance Corporation), une branche privée de la Banque mondiale. Le fait de ne pas avoir consulté les Bushmen qui ont été expulsés de la Réserve entre en violation avec les propres directives de la Banque mondiale concernant les peuples autochtones.

L'organisation bushman locale, First People of the Kalahari, s'est adressée au médiateur de la Banque mondiale en novembre 2004, accusant le projet de BHP Billiton de ‘saper' le droit des Bushmen à vivre sur leur terre ancestrale. Les Bushmen s'opposent à toute opération de développement sur leurs terres tant qu'ils ne seront pas autorisés à y retourner et à y vivre librement.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré « Les Bushmen n'ont rien à espérer en matière de justice de la part des compagnies minières ou du gouvernement botswanais et il est certain que la Banque mondiale n'aidera pas les peuples indigènes victimes de ses projets de prétendu développement, quelles que soient ses politiques en la matière. Le cynisme absolu qui se dégage de ce comportement est ahurissant. Installer des panneaux incompréhensibles dans une communauté indigène afin de remplir les conditions de ‘consultation locale', pourrait être risible si la situation n'était pas aussi tragique ».

Photos du panneau disponibles
Pour plus d'information, contacter :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 ou [email protected]