En Inde ‘La grande guerre a commencé’ : la révolte des tribus contre une compagnie minière

© Survival

Des milliers de manifestants se sont rassemblés lundi dernier pour protester contre la compagnie minière Vedanta Resources, détenue par le milliardaire Anil Agarwal, qui projette d’exploiter la bauxite dans leur montagne sacrée. Ce rassemblement marque la fin d’une marche d’une semaine à travers les villages de la montagne Niyamgiri, en Orissa.

La manifestation a paralysé la ville de Muniguda dont la route principale a été fermée pendant plusieurs heures.

Le slogan unifié des 3 000 manifestants contre Vedanta, dont des Dongria Kondh et d’autres communautés locales, était : ‘Ne touchez pas à nos forêts, à nos rivières et à notre montagne sacrée’.

L’un des organisateurs de la manfestation, Balachandra Sarangi, a déclaré : ‘Mahayud [la grande guerre] contre Vedanta a commencé — le peuple s’est uni pour expulser Vedanta et l’empêcher de mener ses opérations minières sur Niyamgiri’.

La résistance au projet minier de Vedanta en Orissa s’accroît. Cette manifestation est la dernière en date d’une longue série de blocages routiers et de marches organisées par les communautés locales déterminées à stopper la mine.

Les Dongria Kondh n’ont jamais été consultés sur le projet minier de Vedanta qui détruira une grande partie de leurs forêts, détournera leurs cours d’eau et profanera leur site le plus sacré.

La Cour de Dehli est actuellement en train de statuer sur un appel contre l’octroi de la licence environnementale à la mine. Suite aux plaintes déposées par Survival International, la Commission des droits de l’homme indienne et le gouvernement britannique enquêtent sur cette affaire. La commission britannique d’investigation doit examiner si la conduite de Vedanta vis-à-vis des Dongria Kondh n’est pas en contradiction avec les directives internationales de l’OCDE concernant les multinationales.