Vers la dissolution de l'organisation indigène nationale

Les forces armées attaquent les manifestants à Bagua, Pérou.
Les forces armées attaquent les manifestants à Bagua, Pérou.
© Thomas Quirynen and Marijke Deleu

Le gouvernement péruvien a annoncé son intention de dissoudre l’AIDESEP, l’organisation nationale des Indiens d’Amazonie péruvienne.

Cette mesure sans précédent a été proposée par le ministre de la Justice péruvien. Elle est fondée sur le fait que l’AIDESEP aurait ‘ouvertement violé’ sa charte et aurait porté atteinte à ‘l’ordre public’.

Lors d’une interview le 24 octobre sur les ondes péruviennes, la présidente intérimaire de l’AIDESEP, Daisy Zapata, a annoncé que les communautés indigènes organiseront une marche jusqu’à Lima si le gouvernement ne revient pas sur sa décision d’ici vingt jours.

Le président de l’AIDESEP, Alberto Pizango, qui a trouvé asile politique au Nicaragua, a déclaré : ‘Le gouvernement est en train de nous prouver qu’il est contre les peuples indigènes qui ne demandent qu’à vivre dans la dignité. Il ne pourra pas nous faire taire en se débarrassant de l’AIDESEP. Cette décision nous accable. Si le gouvernement tenait vraiment à résoudre les problèmes, il ne persécuterait pas les leaders indigènes et n’essaierait pas non plus de dissoudre une organisation créée en 1980 qui est la voix légitime du mouvement indigène péruvien et qui de ce fait mérite d’être respectée’.

La dissolution de l’AIDESEP a été planifiée trois jours après l’assaut par les forces armées, en juin dernier, d’une manifestation indigène pacifique à Bagua, dans le nord du Pérou, qui faisait partie d’une vague de protestations dans toute l’Amazonie coordonnée par l’AIDESEP. L’attaque a fait plus de trente morts parmi les civils et les policiers ainsi que deux-cents blessés.

Le projet de dissolution a été condamné par la plus grande organisation péruvienne des droits de l’homme qui l’a qualifié de ‘mesure arbitraire et scandaleuse visant à amplifier’ le conflit social en Amazonie.

L’AIDESEP a été convoquée devant le cabinet du procureur général le 5 novembre.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Aucune autre preuve n’est nécessaire pour se rendre compte que le gouvernement péruvien tente de briser totalement le mouvement indigène. Nous appelons le ministre de la Justice à annuler son projet de dissolution de l’AIDESEP et à exercer sa véritable fonction : rendre la justice’.