Nouvelle visite du président Mogae dans un camp bushman

Tandis que se déroule le procès qu'intentent plus de 200 Bushmen au
gouvernement pour obtenir le droit de retourner sur leur terre ancestrale, le président du Botswana vient à nouveau de distribuer couvertures et sucreries aux Bushmen relocalisés dans un camp après leur éviction de la réserve du Kalahari.

Cet acte fait suite à la visite d'un autre camp de relocalisation qu'il avait effectuée peu de temps avant le début du procès, où il avait distribué nourriture et couvertures, et qui avait suscité la préoccupation de l'opinion internationale.

Un Bushmen a déclaré hier : « Ces vêtements ne peuvent remplacer notre terre. Je les prendrai mais cela ne m'empêchera pas de retourner chez moi ».

Un autre a confié à Survival « C'est une tentative de corruption de la part du président qui est venu ici dans l'intention de nous faire oublier la question de notre terre. »

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui : « Il n'y aura
jamais de justice pour les Bushmen du Botswana tant que le chef de l'Etat
pensera qu'il est approprié de visiter un camp de relocalisation, deux jours
à peine après que le procès ait été ajourné, espérant convaincre les Bushmen
de ne pas retourner sur leurs terres. Le président traite les Bushmen comme
des enfants, tentant de les séduire avec des sucreries et des couvertures.
Une fois de plus, les agissements du gouvernement confortent sa vision méprisante des Bushmen et de leur mode de vie. C'est comme s'il considérait
déjà les Bushmen comme les mendiants qu'il voudrait que ces derniers
deviennent
».


Pour plus d'informations  :
Magali Rubino,  01 42 41 44 10 / [email protected]