Les Bushmen de retour au tribunal pour leur droit à l'eau

Enfant bushman, Réserve du Kalahari, Botswana, 2004.
Enfant bushman, Réserve du Kalahari, Botswana, 2004.
© Survival International

Les Bushmen du Kalahari ont plaidé lundi dernier pour leur droit à l’eau devant la Cour d’appel du Botswana. L’affaire a été instruite par un panel de cinq juges qui doit rendre son verdict le 27 ou le 31 janvier.

Les Bushmen ont gagné il y a quatre ans le droit de retourner sur leurs terres ancestrales dans la Réserve du Kalahari central à l’issue du plus long procès de l’histoire du Botswana. Mais un jugement de 2010 de la haute Cour a soutenu la politique du gouvernement visant à leur refuser l’accès à l’eau au sein de la réserve. C’est pour faire annuler cette décision que les Bushmen se sont pourvus en appel.

Privés d’accès à leur puits situé dans la Réserve, les Bushmen sont forcés de parcourir plusieurs centaines de kilomètres, à pied ou à dos d’âne, pour s’approvisionner en eau.

Si les Bushmen ne gagnent pas en appel, le verdict sera en totale contradiction avec les deux Déclarations des Nations-Unies reconnaissant l’eau comme un droit fondamental.

Durant l’audience qui a duré toute la journée de lundi, les juges ont entendu les deux parties, l’avocat des Bushmen et celui du gouvernement.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ’L’opinion mondiale est particulièrement attentive quant au résultat de ce procès. Les Bushmen ne demandent que la garantie que le gouvernement ne les empêchera pas de s’approvisionner en eau dans la Réserve. Quelle sorte de tribunal pourrait les priver de ce droit fondamental?’