Renvoi de l'affaire de la mine controversée de Vedanta devant les tribunaux

Vedanta a fait appel de la décision du ministre de lEnvironnement gelant un projet minier sur la terre ancestrale des Dongria Kondh.
Vedanta a fait appel de la décision du ministre de lEnvironnement gelant un projet minier sur la terre ancestrale des Dongria Kondh.

© Lewis Davies/Survival

La Cour suprême indienne s’apprête à donner une seconde chance au scandaleux projet minier de Vedanta Resources dans l’Etat d’Orissa, en Inde orientale.

Le projet minier avait été gelé en août dernier, après que des experts indépendants eurent démontré qu’il ‘détruirait’ la tribu des Dongria Kondh qui vivent dans la région. La tribu avait lancé avec succès une campagne d’envergure internationale pour sauver sa montagne sacrée, obtenant le soutien de nombreuses personnalités dont les comédiens britanniques Michael Palin et Joanna Lumley.

Le gouvernement d’Orissa qui a toujours été en faveur du projet minier de Vedanta appelle la Cour Suprême à annuler sa décision, via la compagnie étatique Orissa Mining Corporation (OMC) qui avait précédemment signé un accord avec Vedanta pour construire cette mine controversée.

Vedanta Resources comptait sur l’exploitation de la mine pour alimenter la raffinerie d’aluminium qu’elle avait installée à proximité. La compagnie, qui avait été contrainte de mettre fin à l’extension illégale de la raffinerie à six fois sa taille en octobre 2010, a contesté cette décision devant la haute Cour d’Orissa. L’affaire a été instruite le 28 février dernier, mais le jugement n’a pas encore été rendu.

La mine de Vedanta avait été gelée le mois même où deux des opposants dongria kondh les plus actifs à la mine avaient été enlevés et battus par des hommes qu’ils affirmèrent être des policiers en civil.

Durant le mois où l’interdiction de la mine a été prononcée, le cours de l’action de Vedanta s’est effondré sur le marché boursier britannique faisant perdre des millions d’euros à ses investisseurs.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Les Dongria Kondh ne veulent pas de cette mine qui les détruirait. Le gouvernement d’Orissa cessera-t-il enfin de vouloir privilégier une compagnie britannique multimilliardaire au détriment de ses propres citoyens?’