Les victimes de la torture s’élèvent maintenant à sept

Sept Bushmen ont été torturés par des fonctionnaires du Département de la faune et la flore dans le camp de relocalisation de Kaudwane, près de la Réserve du Kalahari central. Il semble qu'ils aient été torturés à plusieurs reprises pendant trois jours au début du mois de juin.

Les victimes, âgées de 26 à 57 ans, sont Tsuo Tshiamo, Meno Tshiamo, Helelo Tshiamo, Kganne Kgadikgadi, Sabokana Morwalela, Letshwao Nagayame et Moarama Nagayame.

Le plus âgé, Letshwao Nagayame (57 ans), a été menotté et pendu par les pieds à un poteau. Alors qu'il essayait de prendre appui sur ses mains, les fonctionnaires ont piétiné ses doigts, l'ont roué de coups et violemment frappé sur les parties génitales. Il a été incapable d'uriner pendant plusieurs jours et marche aujourd'hui avec difficulté.

Sabokana Morwalela a été couché à plat ventre sur une table et roué de coups. Il a rapporté avoir été battu par sept fonctionnaires. Il souffre maintenant de graves douleurs dorsales.

Kganne Kgadikgadi et Meno Tshiamo ont été accrochés par les mains et les pieds au pare-choc d'un véhicule et traînés sur environ un kilomètre. Ils sont maintenant inculpés pour avoir chassé sans permis et doivent comparaître devant la justice en juillet.

Le 24 juin, Nagayame a déclaré : « Nous voulons que justice soit faite. Racontez notre histoire au monde entier. »

Par ailleurs, la semaine dernière, dans le même camps de relocalisation, un jeune Bushman s'est donné la mort à coups de poignard.


Des photos des victimes seront prochainement disponibles.

Pour plus d'informations, contacter :
Magali Rubino,  01 42 41 44 10 / [email protected]