Message des Dongria à Vedanta à l'occasion de son assemblée générale : ‘Nous ne quitterons pas notre terre’

© Lewis Davies/Survival

En prévision de l’assemblée générale de Vedanta Resources qui se tient aujourd’hui à Londres, les Dongria Kondh d’Inde ont envoyé un message fort au président de la compagnie Anil Agarwal.

‘Même si Anil Agarwal vient en personne, nous ne quitterons pas notre terre. Nous utiliserons toutes nos forces pour les faire partir. Laissez-nous vivre tranquilles’, ont déclaré deux femmes dongria à Survival.

La compagnie cotée sur le marché londonien tente d’exploiter la bauxite que contient la montagne sacrée des Dongria.

Le fait que la compagnie n’ait pas consulté les Dongria Kondh ni obtenu toutes les autorisations nécessaires pour son projet d’exploitation minière avant le commencement des travaux de la raffinerie a terni les finances et la réputation de Vedanta. La semaine dernière, il a été annoncé que la mise en marche de la raffinerie, sans pouvoir exploiter la mine, aurait coûté à la compagnie plus de 430 millions d’euros.

En 2010, le gouvernement indien a déclaré Vedanta coupable de ‘mépris total’ de la loi et des droits des Dongria Kondh et lui a interdit d’exploiter les collines de Niyamgiri, la terre ancestrale de cette tribu ‘particulièrement vulnérable’. Mais un appel auprès de la Cour suprême pourrait renverser cette décision historique.

Le porte-parole dongria, Lodu Sikaka, a déclaré : ‘Si la compagnie cesse de tenter de nous prendre notre montagne, nous arrêterons de souffrir. Mais si elle reste, nous souffrirons, les montagnes souffriront, la terre, les forêts, l’eau et les vents souffriront. Car nous avons déjà commencé à attraper beaucoup de différentes maladies, des fièvres, des diarrhées. A cause de ces maladies, certains d’entre nous sont morts’.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘On ne gagne rien à ignorer les droits indigènes. Cela anéantit la vie des peuples, ternit la réputation des compagnies et – comme c’est le cas pour Vedanta – peut causer des dommages financiers. Les Dongria ont le droit d’être consultés et de donner – ou de refuser – leur consentement. Si Vedanta leur avait tout d’abord parlé et avait respecté leur profond attachement à leur terre, beaucoup de problèmes infligés à la compagnie et aux Dongria auraient pu être évités’.

Note aux rédactions :

Contacter Survival pour l’utilisation des vidéos exclusives des Dongria Kondh