Le gouvernement du Botswana nie les accusations de torture et poursuit les victimes

Le gouvernement du Botswana a démenti que sept Bushmen gana et gwi ont été torturés le mois dernier par des fonctionnaires du Département de la faune et de la flore. Deux des Bushmen ont été inculpés par la police pour avoir chassé sans permis.

Kganne Kgadikgadi, l'une des victimes, s'est exprimé lundi dernier au cours du programme d'informations télévisées de la BBC ‘Newsnight' : "Nous avons été battus, torturés et accusés d'avoir chassé l'éland…Pourquoi ? Pourquoi ne pouvons-nous pas chasser sur nos propres terres, comme nous le faisons depuis des milliers d'années ?".

Les sept Bushmen ont été torturés en juin dernier à Kaudwane, un camp de relocalisation, situé non loin de la Réserve du Kalahari central. L'une des victimes, Letshwao Nagayame, a déclaré à Survival : "Ils nous ont sévèrement frappés. J'ai cru qu'ils voulaient nous tuer… Les fonctionnaires ont tiré sur mes testicules et mon pénis, m'ont frappé et m'ont roué de coups de pied pendant qu'un homme écrasait mes doigts sur le sol".

Roy Sesana, porte-parole des Bushmen, a déclaré dans le reportage de la BBC : "C'est à cause des mines que les gens ont été expulsés'. Le commentateur a ajouté : ‘Bien qu'aucune exploitation minière ne soit encore effective dans la réserve, des dizaines de nouvelles concessions minières ont été accordées à travers tout le Botswana, pas seulement dans la Réserve, où il n'y en avait que très peu avant la dernière expulsion des Bushmen".

Le procès que les Bushmen intentent au gouvernement du Botswana doit reprendre le 2 août prochain.


Pour plus d'information, contacter :
Magali Rubino :  01 42 41 44 10 ou [email protected]