Le 'non à la mine' des Dongria retentit en amont de l'assemblée générale de Vedanta

Les Dongria Kondh font preuve dune grande détermination pour protéger leurs collines de Niyamgiri de la destruction annoncée par le projet minier de Vedanta

Les Dongria Kondh font preuve dune grande détermination pour protéger leurs collines de Niyamgiri de la destruction annoncée par le projet minier de Vedanta
© Bikash Khemka/Survival

Au cours des préparatifs de son assemblée générale annuelle qui aura lieu jeudi prochain à Londres, le géant minier britannique Vedanta Resources a dû être irrité d’apprendre qu’en Inde plusieurs villages tribaux avaient voté contre son projet minier sur leur montagne sacrée.

Des assemblées villageoises (gram sabhas) siègent dans les communautés dongria kondh suite à un ordre de la Cour Suprême d’avril 2013 selon lequel toutes les communautés affectées par le projet de Vedanta Resources doivent être consultées – une victoire majeure dans la reconnaissance du droit des peuples indigènes à participer aux décisions concernant les projets qui menacent leurs terres.

Le gouvernement de l’État d’Orissa n’a toutefois retenu que douze villages sur plus d’une centaine pour mener des consultations, une politique qui a été condamnée par les militants des droits de l’homme, le ministre indien des Affaires tribales et les leaders des tribus dongria et majhi kondh. Les Dongria ont exigé que tous les villages concernés soient consultés et sont en train d’organiser leurs propres consultations dans les autres villages.

Huit villages ont déjà voté – et tous ont voté contre la mine.

La résistance des Dongria à la mine a été saluée comme courageuse, compte-tenu des manœuvres d’intimidation et du harcèlement auxquels les policiers et les paramilitaires les soumettent depuis la décision d’avril dernier. Les femmes dongria disent craindre d’aller dans la forêt à cause de la forte présence policière.

Putri, une femme dongria, a envoyé le message suivant à Vedanta peu avant son assemblée générale : ‘Cette colline de Niyamgiri est notre dieu, notre maître, notre déesse, notre mère, notre père, notre vie, notre mort, notre sang et nos os. Elle nous nourrit, étanche notre soif et assure notre existence. En conséquence, c’est notre droit de nous unir afin de protéger et sauvegarder Niyamgiri’.

Les Dongria tirent tout ce dont ils ont besoin des collines de Niyamgiri quils vénèrent comme leur dieu.

Les Dongria tirent tout ce dont ils ont besoin des collines de Niyamgiri quils vénèrent comme leur dieu.

© Toby Nicholas/Survival

Des critiques ont également été portées contre la procédure de sélection des villages par l’administration locale – des informateurs dongria ont signalé qu’un village n’était composé que d’une seule famille non-résidente et que de nouvelles maisons étaient hâtivement construites par le gouvernement pour introduire des immigrants étrangers dans certains des villages.

Les consultations seront menées jusqu’au 19 août, la décision définitive sur l’avenir de la mine sera rendue par le ministère de l’Environnement et des Forêts.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ‘Malgré les constantes manœuvres d’intimidation et le harcèlement auxquels ils sont soumis, les Dongria témoignent d’une détermination et d’un courage à toute épreuve dans leur lutte contre le projet minier de Vedanta. Nous espérons que cette avancée, aussi limitée soit-elle, marque une nouvelle dynamique de l’Inde vers l’application du consentement préalable des populations locales par les compagnies avant de se lancer dans des projets sur leurs terres’.

Note aux rédacteurs:

- Les consultations gram sabhas dans les douze villages sont menées du 18 juillet au 19 août. A ce jour, huit villages ont été consultés.
- L’assemblée générale de Vedanta Resources aura lieu le 1er août à 15h, à l’hôtel Marriott à Londres. Contactez-nous si vous prévoyez d’y assister.
- Vedanta, qui veut exploiter les collines de Niyamgiri depuis 2003, a rencontré l’opposition affirmée des Dongria, des militants de droits de l’homme, du gouvernement central et de nombreuses personnalités.
- L’indignation suscitée dans le monde entier par ce projet a conduit plusieurs actionnaires, comme l’Église d’Angleterre ou le fonds de pension du gouvernement norvégien, à se retirer de la compagnie.