Les Bushmen ne sont pas des braconniers : des manifestants accueillent le président du Botswana à Londres

Une manifestation a eu lieu aujourdhui en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore sauvages pour dénoncer la situation critique des derniers chasseurs bushmen dAfrique.

Une manifestation a eu lieu aujourdhui en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore sauvages pour dénoncer la situation critique des derniers chasseurs bushmen dAfrique.

© Survival International

Lors d’une conférence contre le braconnage organisée à Londres aujourd’hui, de vives manifestations ont dénoncé l’impact dévastateur de l’interdiction de chasse dont sont victimes les derniers chasseurs bushmen du Botswana. Ian Khama, président du Botswana, était attendu aux côtés du prince Charles et du prince William.

Les manifestants, en marge de la ‘Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore’, ont scandé des slogans en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : ‘Botswana : les Bushmen ne sont pas des braconniers’.

Le Botswana persécute les Bushmen de la Réserve du Kalahari central au nom de la conservation de la faune, les empêchant de chasser le gibier. Mais les Bushmen ne représentent aucune menace pour la faune de la réserve où ils vivent depuis des siècles tout en respectant l’environnement.

L’hypocrisie dont fait preuve le gouvernement botswanais a récemment été démasquée à la suite de révélations selon lesquelles des licences d’exploitation par fracturation hydraulique ont été accordées sur de vastes zones de la réserve et le feu vert a été donné à la compagnie Gem Diamonds pour l’exploitation d’un gisement de diamants qui devrait démarrer dans la réserve en octobre prochain.

Une décision de la Haute Cour de 2006 a confirmé le droit des Bushmen à vivre et chasser dans la réserve, mais le gouvernement continue d’intimider, de torturer et d’arrêter les Bushmen pour le simple fait de chasser. Les Bushmen sont obligés de demander un permis restrictif pour pénétrer sur leur territoire ancestral dans la réserve – mesure qui a été comparée à la loi des laissez-passer en vigueur sous l’apartheid en Afrique du sud.

Les Bushmen nont pas le droit de chasser sur leur territoire ancestral au nom de la préservation de lenvironnement, ce quun juge a dénoncé en faisant valoir que cette mesure équivalait à les condamner à mourir de faim.

Les Bushmen nont pas le droit de chasser sur leur territoire ancestral au nom de la préservation de lenvironnement, ce quun juge a dénoncé en faisant valoir que cette mesure équivalait à les condamner à mourir de faim.

© Survival International

Dans le procès qui opposait les Bushmen à leur gouvernement en 2006, un juge de la Haute Cour avait déclaré que le refus du gouvernement à autoriser les Bushmen à chasser ‘équivalait à les condamner à mourir de faim’.

Survival a lancé un boycott du tourisme au Botswana ainsi qu’une campagne publicitaire dénonçant la détermination dont fait preuve le gouvernement pour expulser les Bushmen de leur territoire. Le boycott a été soutenu par des milliers de personnes à travers le monde et des célébrités telles que Gillian Anderson, Quentin Blake, Joanna Lumley, Sophie Okonedo ou Mark Rylance.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Le président Khama ne devrait pas dissimuler les persécutions qu’il inflige aux Bushmen derrière le masque de la conservation. Personne ne s’y trompera : leur interdire de chasser tout en ouvrant la réserve à la fracturation hydraulique et à l’exploitation minière n’est que pure hypocrisie’.

Notes aux rédactions:
- La réserve du Kalahari a été créée en 1960 dans le but de protéger le territoire des Bushmen ainsi que la faune et la flore dont ils dépendent. Mais à trois reprises, entre 1997 et 2005, les Bushmen ont été brutalement expulsés de leur territoire.
- Téléchargez des images en haute résolution de la manifestation :

Les manifestants, en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore

Les manifestants, en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore

© Survival International

Les manifestants, en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore.

Les manifestants, en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore.

© Survival International

Les manifestants, en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore.

Les manifestants, en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore.

© Survival International

Les manifestants, en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore.

Les manifestants, en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore.

© Survival International

Les manifestants, en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore.

Les manifestants, en marge de la Conférence 2014 de Londres sur le commerce illégal de la faune et de la flore.

© Survival International