Le gouvernement des États-Unis rappelé à l’ordre par les Nations-Unies

Le Comité des Nations-Unies pour l'élimination de la discrimination raciale (CERD) a exhorté le gouvernement américain à ‘geler' et ‘arrêter' les actions menées à l'encontre des Indiens shoshone occidentaux.

Depuis de nombreuses années, le gouvernement américain a imposé sa souveraineté sur près de 90% des terres appartenant aux Shoshone occidentaux, soit approximativement 60 millions d'acres répartis sur les Etats du Nevada, de l'Idaho, de l'Utah et de la Californie. Les droits des Shoshone occidentaux sur leur territoire – qu'ils continuent aujourd'hui d'habiter, d'exploiter et de préserver – ont été reconnus en 1863 par les Etats-Unis (traité de Ruby Valley).

Les Etats-Unis prétendent maintenant que ces terres sont ‘publiques' ou fédérales, et y effectuent des essais militaires, y ouvrent des mines d'or à ciel ouvert ou y stockent des déchets nucléaires. Le bétail des Shoshone qui pratiquent l'élevage sur ces terres a été confisqué à plusieurs reprises et ces derniers se sont vus infliger des amendes.

Après le verdict du Comité, le Shoshone Joe Kennedy a déclaré : ‘Nous avons le droit de protéger notre territoire ancestral et de nous opposer à la destruction par les Etats-Unis et les multinationales de notre terre, de notre eau et de notre air. Cette situation est scandaleuse et nous nous réjouissons que le Comité des Nations-Unies partage notre opinion. Notre peuple a plus souffert des essais nucléaires que n'importe qui d'autre au monde et les essais souterrains se poursuivent malgré nos protestations. Nous ne pouvons l'accepter – cette terre, l'air, l'eau sont sacrés'.

Dans ses conclusions, le Comité exhorte le gouvernement américain à :

a) Geler toute initiative visant à privatiser les terres ancestrales des Shoshone occidentaux au bénéfice de compagnies multinationales minières et de développement d'énergie.

b) Renoncer à toute activité planifiée et/ou menée sur les terres ancestrales des Shoshone ou liée à leurs ressources naturelles sans consultation préalable et malgré leurs protestations.

c) Cesser d'imposer des droits de pâturage, d'émettre des avis d'interdiction d'accès et de collecte, de confisquer le bétail ou les chevaux, de restreindre la chasse, la pêche et la cueillette, mettre fin aux arrestations et abroger toutes les procédures prises à l'encontre des Shoshone exploitant leur terres ancestrales.