Après le massacre des Indiens, le Pérou s'en prend aux ONG

Un grand nombre de manifestants indiens et de policiers sont morts près de Bagua le 5 juin. © journaliste indépendant, courtesy Amazon Watch
Un grand nombre de manifestants indiens et de policiers sont morts près de Bagua le 5 juin. © journaliste indépendant, courtesy Amazon Watch
© Thomas Quirynen

De hautes personnalités péruviennes tiennent les ONG nationales et internationales pour responsables des violents événements qui ont eu lieu le 5 juin dernier.

Le Comité des relations extérieures du Congrès examine une proposition visant à restreindre les subventions accordées aux ONG péruviennes financées par des agences étrangères. Certaines organisations indigènes reçoivent un appui financier de la part d’organismes occidentaux depuis des dizaines d'années.

Un haut membre du Congrès, Luis Gonzales Posada, a ainsi accusé Survival International et Amazon Watch de ‘promouvoir une campagne de diffamation contre le Pérou’, et a suggéré au gouvernement d’exiger d’elles la somme de cent millions de dollars à titre de dédommagement. Le président Garcia a également prétendu que ce sont les ‘ONG internationales (qui) ont conduit à cette violence’.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : ‘Plutôt que de se préoccuper des activités des ONG, les autorités péruviennes et les membres du Congrès feraient bien de se soucier de la réputation internationale de leur pays qui a été sérieusement entachée par les événements de ces onze derniers jours.’

‘Ce qui s’est réellement passé au cours de ce 'Tiananmen amazonien' est en train d'émerger peu à peu, mais il doit être procédé d’urgence à une enquête indépendante et impartiale. Il s’avère déjà qu'un grand nombre d'Indiens ont disparu au cours du conflit, ce qui est extrêmement préoccupant."

‘Bien que les meurtres de policiers doivent être condamnés sans réserve, la responsabilité de ces événements tragiques n’incombe pas tant aux forces de police armées jusqu'aux dents, qu’à l’agressive détermination du gouvernement Garcia d’ouvrir l'Amazonie aux compagnies d’exploitation pétrolière et forestière au mépris des nombreuses communautés indigènes qui y vivent.’

‘Survival International est également très inquiète de l’entreprise de diabolisation que subit de la part du gouvernement l'AIDESEP, une organisation indigène respectée, établie de longue date, qui jouit d’une haute réputation au niveau international et dont le fondateur, Evaristo Nugkuak, a été lauréat du Prix Nobel Alternatif en 1986.’

Pour plus d’informations
Sophie Baillon 00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]

» Agissez maintenant ! Ecrivez au président péruvien