Survival appelle ses militants à manifester contre le Haut Commissaire du Botswana

Un aîné bushman, Réserve du Kalahari, Botswana, 2004.
Un aîné bushman, Réserve du Kalahari, Botswana, 2004.
© Survival International

Le Haut Commissaire du Botswana au Royaume-Uni, Roy Blackbeard, devra affronter une cohorte de manifestants lors de l’inauguration, ce jour, d’une exposition consacrée à la gloire du Botswana à la galerie londonienne Rebecca Hossack.

Les protestataires dénonceront les persécutions continuelles dont sont victimes les Bushmen gana et gwi de la Réserve du Kalahari central. Malgré une décision de la Haute Cour du Botswana qui, lors de l’instruction du procès que les Bushmen avaient intenté au gouvernement, avait jugé illégale leur expulsion de leurs terres ancestrales, le gouvernement ne ménage pas ses efforts pour dissuader les Bushmen d’y retourner.

Il a notamment condamné l’accès à leur unique puits, sans lequel les Bushmen sont forcés de parcourir de longues distances pour s’approvisionner en eau. Les Bushmen ont entamé une nouvelle procédure judiciaire contre le gouvernement afin de retrouver l’accès à leur puits.

Dans une interview au site internet Safaritalk, Blackbeard a défendu l’expulsion des Bushmen prétendant qu’ils avaient été ‘déplacés pour l’intérêt national des autres citoyens’ et a rejeté la demande des Bushmen de pouvoir disposer de leur puits, alléguant qu’ils ’n’utilisaient pas de puits’.

Blackbeard a également plaidé en faveur de la politique gouvernementale qui vise à empêcher les Bushmen de chasser dans la réserve, une action condamnée par l’un des juges de la Haute Cour qui avait statué que ‘cette mesure équivalait à les laisser mourir de faim’. Bien que la réserve ait été créée dans le but d’assurer un territoire protégé aux Bushmen, Blackbeard a avancé : ‘Un parc animalier a pour vocation de préserver la faune. La politique gouvernementale est donc de ne permettre aucune forme de chasse dans une telle réserve’.

Blackbeard a poursuivi en affirmant que le gouvernement octroyait des permis de chasse spéciaux aux Bushmen ‘qui ne sont pas accordés à n’importe quel citoyen’. Cependant il a omis de mentionner qu’aucun permis de chasse n’avait été accordé aux Bushmen ces trois dernières années, depuis le rendu du verdict.

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd’hui : ‘La politique defendue par le Haut Commissaire est illégale et en violation avec les droits fondamentaux des Bushmen. Malgré les coups portés par l’opinion mondiale à la réputation du pays, ce gouvernement paraît déterminé à anéantir les Bushmen. Dans cette réserve, où l’eau n’est fournie qu’aux animaux, les touristes finiront bien par piétiner les tombes des Bushmen’.