Un prix prestigieux décerné à l’Office du tourisme botswanais soulève l’indignation

L’Office du Tourisme botswanais remporte le prix ‘Destination Stewardship’ malgré l’intransigeance du gouvernement vis-à-vis des Bushmen
L’Office du Tourisme botswanais remporte le prix ‘Destination Stewardship’ malgré l’intransigeance du gouvernement vis-à-vis des Bushmen
© Survival

L’annonce des résultats du prix ‘Tourisme pour demain’ décerné hier à l’Office du tourisme botswanais par le Conseil mondial du tourisme et des voyages (WTTC) malgré les mauvais traitements que le gouvernement inflige aux Bushmen du Kalahari a suscité une vive indignation.

L’Office du tourisme botswanais, une institution gouvernementale, a remporté le prix dans la catégorie ‘Destination Stewardship’ visant à récompenser les meilleures réalisations en matière de tourisme responsable.

En dépit du verdict rendu en 2006 par la haute Cour botswanaise qui confirmait le droit constitutionnel des Bushmen à demeurer sur leurs terres, le gouvernement s’obstine à leur interdire l’accès à un puits dont ils dépendent. Le dernier rapport sur les droits de l’homme du département d’Etat nord-américain critiquait le gouvernement pour son ‘interprétation restreinte’ du verdict.

James Anaya, rapporteur spécial des Nations-Unies sur les peuples indigènes, a également condamné le gouvernement pour son attitude envers les Bushmen, arguant qu’il ne respectait pas les ‘normes fondamentales des droits de l’homme’. Indiquant que les Bushmen de la réserve ‘sont confrontés à des conditions de vie déplorables et dangereuses en raison de leur manque d’accès à l’eau’, il a appelé le gouvernement à réinstaller les puits ‘de manière urgente et prioritaire’.

Tandis qu’il s’obstine à priver les Bushmen de l’accès à l’eau, le gouvernement fore de nouveaux puits destinés à la faune sauvage et autorise l’ouverture, par la compagnie Wilderness Safaris, de lodges touristiques avec bar et piscine en plein cœur de la réserve. Survival avait appelé à l’invalidation de la candidature de Wilderness Safaris à ce même prix dans la catégorie ‘Global Tourism Business’, qu’elle n’a heureusement pas remporté.

Les Bushmen intentent actuellement un nouveau procès au gouvernement botswanais afin de récupérer leur accès à l’eau. La première audience doit avoir lieu le 9 juin prochain. En attendant, le gouvernement botswanais lance à grand renfort de promotion ses réserves animalières pour attirer les touristes à la veille de la Coupe mondiale.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘L’Office du tourisme botswanais viole les normes internationales des Nations-Unies relatives aux droits des peuples indigènes. Si ce prix vise à récompenser un ‘tourisme responsable’, ses organisateurs ont totalement ignoré les conflits émergeant entre les peuples indigènes et l’utilisation de leurs territoires à des fins lucratives au bénéfice des touristes et des compagnies qui les prennent en charge. Les touristes devraient réfléchir à deux fois avant de cautionner de telles entreprises en se rendant au Botswana’.