Ratification d'un texte international : un espoir pour les Indiens

Le Sénat brésilien vient finalement d'approuver la ratification de la plus importante législation concernant les peuples indigènes, la Convention 169 de l'Organisation internationale du Travail relative aux peuples indigènes et tribaux. La Convention reconnaît les droits des peuples indigènes à la terre, à leur participation dans toutes décisions les concernant, au maintien de leurs propres cultures, religions et modes de vie. Sa ratification – après plus de dix ans d'atermoiements politiques – est considérée comme une victoire majeure par les Indiens du Brésil. Pour marquer cet événement, une délégation indienne s'est rendue au Sénat pour assister, en juin 2002, à la signature.

La Convention reconnaît essentiellement le droit des peuples indigènes à la possession de leur terre – droit que Survival revendique depuis longtemps pour les Indiens du Brésil. Or la législation en vigueur permet aux Indiens du Brésil d'utiliser et d'occuper leur terre ancestrale mais pas de la posséder et certains observateurs craignent que la législation nationale ne l'emporte sur cet instrument international. Le Brésil doit désormais se conformer aux dispositions de cette Convention dont la ratification permet aux Indiens de disposer d'un outil essentiel pour la reconnaissance de leurs droits territoriaux.

Devant l'invasion et la spoliation de leurs terres de plus en plus fréquentes, seuls des droits territoriaux collectifs et inaliénables peuvent en effet leur garantir une sécurité à long terme. C'est un grand pas en avant.