Craintes de représailles contre une manifestation indépendantiste papoue

Marche dindépendantistes papous arborant un t-shirt aux couleurs du ‘Morning Star.

Marche dindépendantistes papous arborant un t-shirt aux couleurs du ‘Morning Star.
© West Papua Media/Survival

Des indépendantistes papous projettent d’organiser jeudi prochain un grand rassemblement pour marquer le 50e anniversaire du jour où, pour la première fois, ils ont brandi leur drapeau symbolique ‘Morning Star’. Un climat de terreur règne autour de cette manifestation tandis que l’Indonésie continue de réprimer brutalement l’opposition tout en appliquant des peines dérisoires aux forces de sécurité impliquées dans les violences.

Brandir ce drapeau, qui est devenu l’emblème de la lutte pour l’indépendance de la Papouasie occidentale depuis sa première apparition, le 1er décembre 1961, est aujourd’hui considéré comme un crime de trahison.

En octobre dernier, les Papous ont été sévèrement avertis des risques qu’ils encouraient à proclamer l’indépendance. Une dizaine de manifestants ont été tués par les forces de sécurité indonésiennes lors d’un rassemblement indépendantiste. Les principaux officiers impliqués n’auraient reçu que de simples réprimandes.

La manifestation pacifique de jeudi vise à démontrer que les Papous sont plus que jamais déterminés à abolir un demi-siècle d’occupation et de violations flagrantes et systématiques des droits de l’homme.

On estime que depuis l’occupation indonésienne en 1963, 100 000 civils ont été tués.

Une jeune fille korowai de Papouasie occidentale, occupée par lIndonésie depuis 1963

Une jeune fille korowai de Papouasie occidentale, occupée par lIndonésie depuis 1963

© Survival

L’un des principaux rassemblements sera formé dans la ville de Jayapura devant la tombe du leader papou Theys Eluay, tué par l’armée indonésienne en 2001. Les sept hommes accusés de son meurtre ont subi des peines d’emprisonnement dérisoires.

’L’usage disproportionné de la violence par les forces indonésiennes et l’injustice criante qui règne en Papouasie inspirent les plus grandes craintes aux manifestants papous avant l’anniversaire de jeudi’, a rapporté le pasteur Benny Giay que Survival a pu joindre par téléphone en Papouasie.

‘La plupart des commerces fermeront et les gens commencent déjà à stocker des produits alimentaires de première nécessité… A Jakarta, de nombreux étudiants quittent leurs chambres pour retourner dans leurs familles, par crainte des militaires. La situation est extrêmement tendue’ a-t-il ajouté.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘La violence de l’occupation illégale de la Papouasie n’a pratiquement pas d’équivalent dans le monde. L’inertie de la communauté internationale qui reste muette face à un demi-siècle d’oppression impitoyable et de violence excessive à l’encontre des Papous est scandaleuse’.

Avant le rassemblement de jeudi, l’Indonésie reçoit de plus en plus d’appels pour ouvrir la Papouasie occidentale à des observateurs australiens et aux journalistes étrangers.

Notes aux rédactions :

  • Benny Wenda, indépendantiste papou, est disponible pour interview.
  • Benny Wenda a créé l’organisation Free West Papua après avoir demandé l’asile politique au Royaume-Uni. Le gouvernement indonésien exige son retour et a demandé à Interpol de l’arrêter. Wenda a déclaré que les accusations formulées contre lui sont toutes fabriquées pour des raisons politiques.