Au Bangladesh, la tension monte dans les Chittagong Hill Tracts : une femme jumma a été tuée

Le corps de Chigon Mila Chakma, tuée mercredi dernier.

Le corps de Chigon Mila Chakma, tuée mercredi dernier.

© Survival

Chigon Mila Chakma, une femme jumma, a été tuée mercredi dernier dans un marché des Chittagong Hill Tracts au cours d’une attaque de colons. Au moins dix Jumma ont été blessés pendant l’assaut.

Selon des sources bien informées, c’est le meurtre d’un colon bengali, Abdus Sattar, qui serait à l’origine de cette violence, bien qu’il n’y ait aucune preuve que les Jumma soient impliqués dans sa mort. Il s’agit probablement d’une attaque indiscriminée contre la communauté jumma, Sattar ayant été aperçu pour la dernière fois en train de transporter deux Jumma sur sa moto.

Le gouvernement du Bangladesh a favorisé l’installation de centaines de colons dans cette région qui abrite onze groupes connus sous le nom collectif de Jumma. Les colons ont déplacé de nombreux Jumma qui sont également victimes de violentes répressions de la part de l’armée.

Cette attaque a été perpétrée au moment où le gouvernement bangladais impose la restriction des activités des Jumma. Selon une nouvelle réglementation, les citoyens étrangers à la région n’ont le droit de s’entretenir avec un groupe religieux ou indigène qu’en présence d’un représentant du gouvernement.