Vague de violences à l'encontre des peuples indigènes

À l'occasion de la journée des peuples autochtones décrétée par les Nations unies le 9 août, Survival condamne avec la plus grande énergie les violentes persécutions dont sont encore trop souvent victimes les peuples les plus vulnérables de la planète.

Papouasie  En juillet dernier, l'armée indonésienne a attaqué le village lani de Pyramid dans les hautes terres de Papouasie. Les soldats ont lacéré le visage et le corps de Petto Wenda à l'aide d'un rasoir et d'un couteau avant de l'asperger de pétrole et de l'immoler. Ses chances de survie sont très faibles. Deux autres Lani ont reçu des balles et se sont réfugiés dans la forêt où se cache le reste de la population. Il y a quelques mois, la police et l'armée indonésiennes avaient assassiné un chef de communauté, une personne âgée et un enfant dans le village de Nggweyage. Elles ont également incendié des maisons et des églises. Environ 6 500 personnes ont abandonné leurs villages pour se réfugier dans la jungle. Craignant de quitter leurs abris, les Papous sont en proie à la famine et aux maladies et au moins 50 d'entre eux sont déjà morts.

Brésil  Un Indien guarani a récemment été abattu par des hommes armés à la solde d'éleveurs, quelques heures à peine après qu'il ait repris possession, avec son groupe, des terres dont ils avaient été expulsés il y a plus de 30 ans. Deux Indiens truká ont été tués par un ‘escadron de la mort' et un leader guajajara âgé a été assassiné le 10 juin dernier par les hommes de main des planteurs de soja qui ont envahi les terres des Indiens. Quand aux membres d'un petit groupe d'Indiens isolés de Rio Pardo, ils sont toujours pris pour cibles par des exploitants forestiers qui envahissent leur territoire.

Botswana  Au début du mois de juin, sept Bushmen gana et gwi ont été torturés par des fonctionnaires du Département de la faune et la flore pour avoir chassé illégalement. Depuis qu'ils ont été expulsés de la Réserve du Kalahari par le gouvernement, les Bushmen ne sont plus autorisés à pratiquer la chasse dont ils dépendent pour nourrir leurs familles. L'une des victimes, Letshwao Nagayame, a déclaré : ‘Ils nous ont sévèrement frappés. J'ai cru qu'ils voulaient nous tuer… Les fonctionnaires ont tiré sur mes testicules et mon pénis, m'ont frappé et m'ont roué de coups de pied pendant qu'un homme écrasait mes doigts sur le sol'.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ‘Ces actes d'une violence abominable sont perpétrés à l'encontre des peuples les plus vulnérables du monde, ceux-là mêmes dont l'existence est déjà menacée par la spoliation de leurs terres et la destruction de leur mode de vie. Bien trop souvent, les auteurs de ces exactions ne sont pas traduits en justice. Survival appelle aujourd'hui à mettre fin à ces crimes'.

Le frère de Petto Wenda, Benny Wenda, originaire du village de Pyramid, est actuellement au Royaume-Uni et est disponible pour des interviews (en anglais).  


Photos disponibles
Pour plus d'informations
Magali Rubino 01 42 41 44 10
[email protected]