Une montagne sacrée menacée par une compagnie britannique

La compagnie britannique Vedanta Resources plc est probablement sur le point de recevoir l’autorisation d'exploiter une mine qui détruira la montagne sacrée des Dongria Kond.

En novembre dernier, la Cour suprême indienne avait rejeté le projet de Vedanta d'exploiter la bauxite des collines de Niyamgiri, dans la région de l’Orissa en Inde orientale, en raison de sa politique environnementale et des droits de l'homme. Mais le gouvernement d’Etat de l'Orissa a depuis lors autorisé l’exploitation de la mine en partenariat avec la filiale indienne de la compagnie, Sterlite Industries.

La Cour suprême pourrait décider dès cette semaine de valider ou non la demande de Sterlite concernant l’exploitaton minière des collines de Niyamgiri.

Dans son jugement rendu en novembre, la Cour avait demandé à la compagnie de proposer un plan de financement et un projet de "développement tribal". Le récent rapport de Survival intitulé "Le progrès peut tuer" démontre qu'imposer le développement aux peuples indigènes a des conséquences désastreuses sur leur santé physique et mentale.

Les 10 000 Dongria Kond pratiquent une agriculture de subsistance dans les forêts de la chaîne montagneuse du Niyamgiri ('la montagne de la loi')

"Nous ne pouvons pas vivre sans notre Niyamgiri" a dit Dandu Sikaka une porte-parole dongria kond. "Nous avons besoin de la montagne et la montagne a besoin de nous".

Survival a écrit aux juges de la Cour suprême, les exhortant à ne pas autoriser l'ouverture d'une mine à Niyamgiri.